Articles Tagués ‘fc barcelone’

L’alignement des atres du foot a voulu que les archi-rivaux espagnols, le FC Barcelone et le Real Madrid FC,  se disputent quatre matches consécutifs en trois semaines (samedi 16 avril – match de la Liga, mercredi 20 avril – finale, Copa del Rey, mercredi 27 avril et mardi 3 mai – matches aller/retour Demi-finale, Ligue des Champions) et cette suite de Super-Clasicos a déclenché une folie médiatique qui dépasse largement les frontières de l’Espagne.

L’universalité de ces rencontres n’est en effet plus à démonter et on en voit les preuves sur tous les continents. Le journal sportif salvadorien El Grafico a par exemple lancé une campagne pour promouvoir ces rencontres en installant dans les rues de la capitale, San Salvador, des portraits grandeur nature de C. Ronaldo, Lionel Messi et Xavi (photo ci-contre). Initiative qui semble beaucoup plaire aux passants, qui ne cessent de se faire prendre en photo « accompagnés » de leurs idoles.

Même dans les camps de réfugiés du Sahara, les Clasicos attirent l’attention. On dit de celui de Smara, qu’il serait divié en deux territoires, madridistes et culés. Sur sa rue principale, un bar avec les emblèmes des deux équipes. « Ici nous prenons pour le Real, mais ce serait mal de ne pas metre celui du Barça. La proportion des supporters c’est environ 50/50 »  affirme Malay, propriétaires des lieux. Avec le peu de moyens qu’ils ont, les habitants de Smara réussisent tant bien que mal à se garder au fait de l’actualité de la Liga, grâce notamment à Al-Jazeera.

Mourinho Boycotte la presse… et vice-versa

Souvent, ce sont les déclarations du « Special One« , qui font jaser. Cette fois-ci, ça aura été son silence. L’entraîneur portuguais a en effet annoncé ce matin qu’il ne répondrait pas aux questions des journalistes lors de la conférence de presse préalable à la rencontre de demain face au FC Barcelone.

La nouvelle a causé une certaine surprise même si ce n’est pas la première fois que Mourinho se soustrait d’un tel exercice. Là où les choses sont devenues bizarres, c’est quand il s’est présenté avec son adjoint Aitor Karanka, et qu’on annonça que Mou, ne répondrait à aucune question, qu’il accompagnait simplement, Karanka.

Les journalistes espagnols présents, à l’exception de ceux de la chaîne « Intereconomía » se sont alors levés et sont partis en bloc, immédiatement suivis par leurs colègues italiens, français et portuguais. Mourinho est resté aux côtés de son assistant pour la durée de la conférence de presse sans prononcer le moindre mot. On ne l’appelle pas « Special One » pour rien…

Pep Guardiola: « le Real Madrid est favori »

L’entraîneur culé à pour sa part profité de sa conférence de presse pour encenser le Real Madrid. Il a, entre autres,  complimenté les individualités de la formation madrilène. « Les joueurs du Real tirent plus (au but), sautent plus, sont plus rapides et plus forts que nous » a-t-il déclaré, avant de poursuivre: « je n’ai jamais vu une équipe jouer les espaces comme ils le font. En trois passes ils sont rendus au but adverse. Nous avos besoin d’un mouvement de ballon depuis Victor Valdés pour générer une occasion. Eux, de trois secondes ».

Essaierait-il de soustraire ses joueurs à la pression de porter le sceau de favoris? Il y a fort à parier que oui… Lorsque questionné sur sa façon de gérer cette série de quatre Clasicos, Guardiola a répondu: « La meilleur option est de rester naturels, affronter un match à la fois. Si on pense à la Coupe (Copa del Rey), Madrid nous passera sur le corps ». Sur le silence de Mourinho Guardiola fut bref « (…) chacun fait ce que bon lui semble dans son club, ce n’est pas la première fois qu’ils agissent de la sorte ».

Puyol de retour dès demain?

Carles Puyol a reçu le OK de l’équipe médicale du Barça pour intégrer une liste de 20 joueurs possibles pour la rencontre de demain, au stade Santiago Bernabeu. D’ici là, Guardiola devra retrancher deux joueurs de cette liste mais quoi qu’il en soit, cela demeure une excellente nouvelle pour le club catalan.

Sur la possibilité de voir Puyol en uniforme demain, Guardiola reste prudent. « Notre situation en défense est précaire et c’est une bonne nouvelle, mais il a très peu travaillé (depuis sa blessure, en février dernier). Il dit qu’il ne ressent pas de douleur. Nous déciderons demain ».

Pouvoir compter sur Puyol, qui n’a pas joué depuis trois mois, serait un atout de taille pour Guardiola. Depuis la blessure de son capitaine, le FC barcelone connaît son lot de difficultés à l’arrière, qui ne sont pas sans inquiéter l’entraîneur. Rappelons que lors des derniers matches l’entraîneur avait placé Busquets et Mascherano, deux milieux-centraux, comme joueurs de centre.

La présence de Puyol, figure emblématique du Barça, apporterait certainement beaucoup de tranquilité, non seulement à Guardiola mais aussi à toute la formation Blaugrana, sans parler de leurs supporters.

A.M.

SOURCES:
MARCA
CLARIN
Associated Press

Publicités

Si on le compare aux autres sports les plus populaires en Amérique du Nord, le foot n’en est pas un de statistiques. Lors d’un match professionnel on complile à peu près juste les buts marqués, tirs au but, tirs cadrés, cartons, corners et possession du ballon (à part en MLS où, pour américaniser un peu la chose, on compile aussi les passes). Pas vraiment de quoi émouvoir un féru de stats comme il y en a tant au hockey, baseball, football américain… Un Fern dans Les Boys, pour caricaturer.

Parmi ces données, une des plus importantes est celle quantifiant la proportion de possession du ballon entre les deux équipes. Loin d’être une science exacte et directement liée au style de jeu préconisé de part et d’autre, cette statistique n’en demeure pas moins révélatrice.

À ce niveau, le FC Barcelone de Pep Guardiola a une fois de plus donné du poids à sa candidature de « Meilleur Club de l’Histoire ». En effet, selon des statistiques publiées par le quotidien madrilène (pour ne pas dire Madridiste) MARCA, la dernière fois que le Barça a perdu la « possession du ballon » c’est face au Real, le 8 mai 2008, sous Frank Rijkaard. Depuis ce jour, la formation Blaugrana a disputé 166 matchs consécutifs (!) lors desquels elle a été supérieure à ce chapitre.

Par ailleurs, cette domination est à la hausse. En Liga cette saison le FC Barcelone maintient une moyenne de 71.1% de possesion, comparativement à 66.6% la saison dernière et à 65.3% lors de la première année de Guardiola à la barre de l’équipe. Rien pour rassurer la compétition!

Le plus grand écart que le Barça ait fait subir à un adversaire lors de cette période est de 84%-16%. C’était au Camp Nou, face au Panathinaïkos lors de la première journée de la Ligue des Champions. À l’opposé, l’équipe ayant passé plus près de ravir ce pourcentage au club catalan fut le Getafe, la saison dernière, alors qu’il a pu le limiter à 51.9%.

Ironiquement, Un des matches où le FC Barcelone à le plus dominé un adversaire en terme de possession (80.2%), fut ce match retour des demi-finales de la Champions 2010 contre l’Inter de Mourinho. Le Barça l’avait emporté 1-0 mais s’était incliné dans le cumulatif 3-2. Comme je le mentionne plus haut, le style de jeu y est pour beaucoup!

A.M.